Soviet Voice

L’égo-chronique à poshu: on y a joué avant vous.

Il était 3h du matin, Mdt, Arez, Garric et moi végétions sur Team Speak, chacun son occupation, par exemple, je faisais tourner la megaCD pour dire que je suis un retrogamer, quand soudain, la nouvelle est tombée: oui mes frères, GoldRush est sorti. Un coup de téléphone à Raton plus tard, nous avons tous les cinq défriché cette contrée sauvage et inexplorée, nous avons bravé tous les dangers, armés uniquement de notre courage! Bref, on est meilleur que vous, gens qui avez une vie.

Y’a les nouveaux achievment du medic aussi… Hum…


Raton-Laveur à Japan Sun 2008, ou « je suis un connard »

C’est quand la dernière fois que j’ai intégré une vidéo directement dans la page d’un site web, hein ? HEIN ?

Sérieusement, et comme toujours avec mes publications sur SovietVoice : si vous lisez l’éditotaku, ne matez pas ça ou vous me détesterez très fort.

Quarante minutes !  Filmé samedi 26, monté dimanche 27, uploadé sur GoogleVidéo hier, et publié aujourd’hui.


Rosario+Vampire, une apologétique de Mary Quant

(suite…)


Quelques mots sur les 24h d’Epitanime

Les 19 et 20 avril avaient eu lieu aux portes de Paris les « 24h d’Epitanime », petite convention avant le gros morceau de mai-juin. Un concentré d’activités geek-otakuesques pendant 24h non stop, de 15h le samedi à 15h le dimanche (bonne chance pour tenir jusqu’au bout). L’entrée était gratuite, je n’ai pas pu refuser…

C’était ma première Epitanime (bon, ici c’est une version soft), en revanche je suis déjà allé à une Japan Expo. Mais les deux évènements n’étant pas réellement comparables ne serait-ce que par les moyens disponibles pour chacun, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. J’ai eu un léger choc quand je suis arrivé dans les locaux: une cour à l’extérieur (logique), quelques salles de classe, et un amphithéâtre. C’était quand même évident vu que c’est dans une école.

Cependant, derrière ce premier contact visuel un poil déroutant avec les locaux se cachent pas mal de choses à faire.

Premièrement, le truc qui saute aux yeux dès qu’on arrive, c’est l’amphi. A l’intérieur ont lieu les karaokés (tout le monde regarde et chante en même temps) et les projections d’animes (dont quelques épisodes de Last Exile, je ne me rappelle plus du reste). Le karaoké était sympa, les gens criaient comme des fanboys/girls quand leurs génériques favoris passaient. J’étais quand même déçu que l’on m’ait refusé Motteke Sailor Fuku, Dango Daikazoku ou encore Hare Hare Yukai sous prétexte qu’ils étaient passés trop de fois… Je n’ai même pas vu les 2 premiers. *sigh*

Puis, il y avait quelques activités comme le go, le mah-jong, des cours de dessin et un jeu de plateau Battle Royale ! J’ai regardé de loin mais je n’ai pas vraiment participé à tout ça. N’empêche que les gens avaient l’air de bien s’amuser, ce qui est le principal.

Ensuite, les jeux vidéo. Il y a tout d’abord dans une petite salle de classe, les gens qui se font des parties de DS en multi sur Mario Kart, Pokémon, Jump Ultimate, ou un jeu de rythme dont j’ai oublié le nom où l’on joue une partition de musique, chacun faisant son instrument/passage de la musique). Sympa, en plus il y avait des petits gâteaux :3 Et puis dans une autre salle (assez grande), les organisateurs avaient prévu du matos: Guitar Hero II, Samba de Amigo (le rhythm game bien fun avec les maracas), Moonwalker avec Pedobear Michael Jackson, le classique Bomberman, la Wii avec Link’s Crossbow Training, Street Fighter je-ne-sais-plus-combien, et Singstar où les gens ont pu nous montrer leur belle voix.

Parmi les visiteurs, j’ai repéré quelques cosplayers: lycéennes en uniforme, une fille dans un style proche de celui de Misa de Death Note, un mec habillé en Mort (avec la grande faux qui va avec !), et une camarade haruhiiste qui portait le serre-tête jaune en l’honneur de notre Déesse adorée.

Pour finir, je précise qu’il y avait un petit coin casse-croûte avec des bonbons, boissons, crêpes, etc. Je ne peux pas vous dire si c’était bon ou pas, vu que je n’ai pas mis la main à la poche. J’étais en revanche un peu déçu qu’il n’y ait pas eu de petits stands de goodies ou autre, là j’aurais bien claqué quelques deniers pour un poster Haruhi par exemple (Otaku inside !). Mais je pense que cela demandait pas mal de moyens, de travail et de temps, ce qui explique cette absence pour cette édition soft.

Je pense avoir quasiment fait le tour de ce petit event que j’ai quitté à 19h30, mais les festivités se prolongeant toute la nuit jusqu’à 15h l’après-midi, je ne sais pas si d’autres activités ont eu lieu durant. En tout cas, j’ai retenu l’ambiance sympathique qui régnait dans les locaux, et le prix (gratuit). J’espère que ça se passera pareil pour le grand rendez-vous le mois prochain, et même mieux. (bon là je devrai claquer de l’argent pour l’entrée :p )

Quelques photos (médiocres) de l’event pour illustrer cet article très textuel. Venez nombreux à la convention les 30-31 Mai et 1er Juin !

19042008.jpg 19042008019.jpg19042008017.jpg19042008015.jpg19042008014.jpg19042008013.jpg19042008011.jpg19042008010.jpg19042008009.jpg19042008008.jpg19042008007.jpg19042008005.jpg19042008004.jpg19042008002.jpg19042008022.jpg19042008020.jpg


Dating Slime – Chaudasse

 (Vous ne connaissez pas Dating Slime ? Alors allez lire l’intro maintenant)

chaudasse.jpg

 http://chaudasse.over-blog.fr/

(pour ceux qui tiquent sur le screenshot IE, c’est parce que j’ai la flemme de lancer une autre fenêtre Firefox pour vous épargner ma barre de favoris et mes onglets. Espèce de geek, va)

Si vous n’êtes pas déjà pété de rire devant l’extrait, le reste du site a des morceaux croustillants. Pis bon, c’est écrit en bon francais.


L’égo-chronique à poshu: 13 ans pour avoir l’air con et un article avec du vrai égo dedans.

1995 Poshu montrait Sega Rally à son petit cousin:
« Nan, mais c’est pas la peine de te pencher avec la manette, ça fait pas tourner mieux »

2008 Poshu montre Mario Kart Wii à un pote:
« Vas-y, penche toi plus, tu tournes pas assez là ».

Y’a pas à dire, l’évolution, c’est beau.

Edit avec un peu plus de texte dedans:

Vendredi dernier j’ai donc craqué pour Mario Kart Wii (j’avais juré de ne pas le prendre en neuf pourtant)… 5 jours plus tard, je suis persuadé que c’est le meilleur jeu de la Wii. Meilleur que Smash Bros Brawl dont je l’ai pas parlé ici simplement par ce que j’ai été déçu, coincé qu’il est entre un manque d’originalité et quelques innovations qui déséquilibre le gameplay.

Une personne dans le public: « Mais Mario Kart aussi, il a pas évolué d’un pouce! »

En effet, Mario Kart n’a pas évolué… Et pourtant! Je n’aime pas les Mario Kart. En fait, je déteste les jeux de bagnole en général, aussi arcade soit ils. A la limite, SSX, 1080°, Fzero X, GX et les Wipeout sont les seuls jeux de courses qui approcheront d’une de mes consoles si je suis seul. Bien sûr, j’ai tous les Mario Kart puis ce qu’une bonne soirée d’otakomuniste ne peux décemment s’en passer; mais j’aime pas du tout… Et là, je prend mon pied. Je joue à la WiiWheel, accessoire indispensable pour révéler tout potentiel du titre. Je sais pertinemment que j’ai l’air con, mais j’ai abandonné l’idée d’avoir la classe en jouant depuis Samba De Amigo; je sais aussi que c’est ultra-casual, que le casual c’est le mal et qu’en tant que gros joueur console je devrais ma la jouer élitiste-vieuxchnok-cétaitmieuxavant-àlacon, mais je vais vous dire un truc: je joue aussi en dérapage automatique. Voui, le truc imprécis, sans le boost quand on le lâche… Et bien, hier soir, ça ne m’a pas empêcher de foutre à l’amende Garric et Keul dans nos parties en ligne hier; eux qui jouent au combo nunchuck+wiimote en dérapage manuel.

D’ailleurs, ces parties ont réservé de très bons moment: Garric premier, moi second, à son cul, et Keul troisieme, on voit la ligne d’arrivé, je lance le tout pour le tout avec une carapace verte qui arrete Garric sur la ligne, je le double. Premier! Garric tente de redémarrer et BOOM, carapace bleue… Keul deuxième. Commentaire très fairplay du perdant: « Si Bowser avait pu descendre de son kart et finir à pied, je gagnais ».

Et là, on a constaté que tout le potentiel online tenait à Teamspeak, pour pouvoir hurler de joie, se plaindre, teaser…

Voilà. N’écoutez pas tous ces cons qui vous diront que la WiiWheel n’est qu’un bout de plastique inutile: c’est le bout de plastique le plus sexy jamais inventé (oui, oui, une blague avec des sextoys dedans est attendu dans les commentaires que personne ne postera) et jouer avec, c’est juste donner de l’intérêt à un jeu qui ne m’a jusqu’ici jamais amusé.


Oh oui prends-moi sur la commode, comme ça, et fais-moi mal.

Il se pourrait que cet article soit sans intérêt

Il nous avait prévenu, mais nous fûmes trop bornés pour l’écouter. On savait qu’Electronic Arts n’etaient que des connards mangeurs de monnaie, mais à ce point là, c’est franchement abusé. Toi-même tu sais de quoi je parle. Oui, Rock Band va sortir en Europe. Pas trop tôt. Sauf que voilà, comme dans un mauvais épisode de Heroes (Ou de Lost.) (Ou de Nerdz.), il y a un twist.

Et un twist super pas cool.

En effet, Eurogamer annonçait hier la date de sortie de Rock Band (Le 22 mai dans notre contrée aux centaines de fromages qui puent, et ça veut dire deux jours avant ces crétins de la Perfide Albion.) et le prix auquel il allait sortir. Préparez la vaseline, il se pourrait que ça pique un peu.

70 euros. Le jeu. Seul. Ouais. Genre sans les accessoires. Pour avoir le jeu tel qu’il est sorti aux Etats-Unis, c’est-à-dire avec les trois accessoires, il faudra débourser 170 euros supplémentaires.

Très franchement, au début, ma curiosité de pseudo-journaliste (Et de fanboy de Harmonix et de leurs productions.) m’a poussé à ne pas y croire. Normal. Une seule source vers laquelle toutes les nouvelles que vous avez pu lire sur le sujet remonte, et c’est Eurogamer. Il restait une possibilité pour qu’entre deux rails de coke, ils aient décidé de taper n’importe quoi au sujet de la sortie de Rock Band, comme ça, pour déconner.

Sauf que non. Sot que je suis. Non seulement, EA va sortir l’un de ses jeux les plus attendus de 2008 en kit, mais le gars de chez Harmonix dit que ce n’est pas une arnaque. Haha. On le remercie pour la rigolade. Maintenant prenez une pioche. La pioche se compose de deux éléments : Le manche de la pioche, un bout de bois tout ce qu’il y a de plus con, et la tête de la pioche, un truc pointu en fer forgé qui permet de faire des jolis trous dans le sol. Maintenant imaginez qu’on vous vende votre pioche en deux parties, et qu’on vous fasse payer le manche seul pour le prix d’une pioche entière, à savoir toutes vos économies. L’offre européene de Rock Band, c’est comme ce manche de pioche : ce sera toujours plus constructif de vous le foutre dans le cul.


JAVé, César – Episode #01 – Cross Ranger

« Encore une nouvelle rubrique sur Soviet Voice ? ».  Bah ouais. Et pour une fois, j’ai pas eu à réfléchir des masses pour la trouver (Comme les précédentes me direz-vous. Mais je vous emmerde.). C’est en effet la repompe bête et méchante de l’une de mes activités les moins reluisantes : mater des productions pornographiques japonaises et les commenter en direct sur le channel de l’Editotaku. Il y a eu deux sessions de ce genre avant celle-ci (trois si on compte celle du Jour Ou Le Channel IRC De L’Editotaku A Officiellement Touché Le Fond) mais les anges-gardiens de l’Internet vous auront permis de ne jamais pouvoir les lire. Ces deux premiers épisodes  parlaient de Shintaisou et de Cet Animé. Comprenez alors que cette rubrique, écrite par un gamin de 15 ans, n’est pas vraiment le genre de littérature conforme à la lecture dans le milieu de l’entreprise (Et j’étais en stage la semaine dernière, je sais donc de quoi je parle.) ou a proximité d’enfants.

Dans cet épisode : Après avoir cliqué sur un lien posté par raton-laveur lors de la session de ce dimanche, notre héros, Arez, s’aperçoit qu’il télécharge un film pornographique japonais. Ne trouvant pas le courage d’annuler son téléchargement, il se retrouve avec Cross Fighter sur le dos. Le reste après la coupure.

(suite…)


La chronique à Poshu: 10 remarques sur… Super Paper Mario.

Camarades! Le gentil Arez m’a prêté sa rubrique, Yeepeeh!

Tout arrive: j’ai fini par rebrancher ma Wii. Super Smash Bros Brawl n’y est pas étranger en fait, mais là je vais parler de Super Paper Mario en suivant le modèle de feature instauré par Arez donc:

  1. Au premier branchement, y’a pas à dire, même si la Wii n’a pas les tripes d’une PS3 ou d’une Xbox 360, le choix affiché d’un graphisme simple en fout plein les mirettes: c’est plat et c’est bôôô. Encore. Note quand même: sur ma TVHD de nanti, ça alliase beaucoup.
  2. Le gameplay se limite à la seule Wiimote, même pas de nunchuk, tenue horizontalement . Les flèches servent à diriger le plombier, 2 à sauter. Les autres boutons sont alloués aux pouvoirs spéciaux offerts par les Pixels, petites fées (tous les otaku savent Ô combien c’est vrai) multidimensionnelles; petits exemples: le premier pouvoir permet, à l’aide du pointeur de la Wiimote, de vérifier s’il n’y a pas de cachotteries à l’écran, une porte par exemple. Le second permet d’attraper des objets et de les jeter plus loin dans le stage. La manette se prend bien en main, les réflexes de la NES reviennent au galop. Du oldschool moderne; quel délicieux oxymore.
  3. La raison d’être du jeu vient de la possibilité de passer, à volonté, de la 2D à la 3D. La caméra pivote alors derrière Mario dévoilant soudain de nouveaux passages/secrets/bonus… Même si l’idée est excellente et que le level design s’en sert très bien, la frustration s’installe vite: à moins de passer tous les stages à incliner la caméra tous les 10 mètres, on a systématiquement la désagréable impression de passer à côté de quelque chose.
  4. L’héritage du jeu se fait sentir lui aussi: Super Paper Mario est la suite spirituelle de Paper Mario, lui-même enfant de cœur de Mario RPG (Squaresoft sur super famicom exclusivement. C’était une autre époque). Il est aussi frère de sang des Mario & Luigi (Superstar Saga et Brothers In Time), on retrouve donc le système d’expérience (symbolisé par le score) et de niveau. Je trouve cet ajout maladroit, car le jeu se retrouve vite coincé entre le jeu de plateforme et le RPG. Si des titres comme Castlevania s’en sorte, le moustachu à salopette bleue y rencontre malgré tout quelques écueils.
  5. Le jeu a ses passages d’anthologie, raton en cite quelques-uns. Mais au total, il est bien moins sûr que ses prédécesseurs dans ses dialogues, ses blagues, ses références… Il m’est arrivé de m’ennuyer devant des phases de discutions, et ça c’est bien dommage.
  6. Un jeu a hanté mes parties jusqu’à ce que j’arrive à lui mettre un titre dessus: c’est la recette de Wonder Boy (surtout Wonder Boy 6/Monster Land 4 en fait. Un très bon jeu sur Megadrive. Très beau. Très cool. Traduit en français par des amateurs… Bah restez pas là! A vos roms!) qui a été remis au gout du jour avec succès par les gens d’Intelligent Systems.
  7. On ne joue pas QUE Mario! On peut en effet prendre le contrôle de la princesse « handicapé de l’enlèvement » Peach, du roi « amoureux de la plus jolie fille de la classe qui l’ignore » Bowser et Luigi « hé! je suis là aussi » Mario (oui, Mario s’appelle Mario Mario et Luigi se nomme Luigi Mario; les frères Mario. Z’avez pas vu le film?). Chaque personnage est affublé de capacités spéciales et d’une part de scénario; ces variations sont bienvenues dans le jeu.
  8. Hum, on en est au 8 et je n’ai pas encore parlé du scénario! SPM met en scène un livre prophétique contenant l’avenir du monde: les Manuscrits de la Mer Morte l’Opus Ténébrus et la lute contre la destruction du multivers qu’il annonce. Voui, rien de follement fou, mais Mario est un prétexte à un bon jeu, pas à une œuvre littéraire!
  9. Francis. Achetez ce jeu pour Francis. (Ceci pourrait être interprété comme un message de fanboy. Et bien, c’est un message de fanboy.)
  10. Après quelques heures de jeux, j’ai aussi claqué 1000 points dans la version Virtual Console de Paper Mario. C’était le dernier jeu N64 à être sorti sur le sol européen et il est devenu bien dur à trouver. Il a très bien vieilli et c’est un investissement que je conseille à tout le monde… Avec Super Paper Mario!