Soviet Voice

Chroniques désordonnées du FJV

(Ou l’on essaiera d’être plus clair qu’une série de tweets écrits en 3 secondes, en écrivant une tartine de texte.)

Après deux éditions au parc des expositions de Montreuil, le Festival des Jeux Vidéo a décidé de quitter la puante banlieue des studios d’Ubisoft Paris pour aller se rendre là ou tous les autres salons ont lieu -« the place to be » comme le diraient les américains- : la prestigieuse Porte de Versailles. Détail amusant, le salon se déroulait en plein préparatifs du Mondial de l’Automobile. Et le pavillon alloué à la bande de geeks puants que nous étions était par la suite destiné à acceuillir le parking. Fichtre. Mais est-ce que ce détail va nous empêcher de nous amuser ? Non, je dis. Donc, parlons de jeux, puisque c’etait l’occasion d’essayer tout ce qui allait nous arriver dans la gueule pendant ces fêtes de fin d’année. Evidemment, les avis écrits dans cette colonne sont TRES subjectifs, et ne parleront que de trucs dont j’ai un tant soit peu quelque chose à foutre. Désolé Sonic Unleashed.

Et donc commençons n’importe comment avec Fallout 3. Hasard du calendrier, peu avant l’évènement j’ai reçu ma clé pour la béta de Good Old Games, et j’ai donc pu m’essayer au premier Fallout avant de venir. (Et dieu que ce n’est pas ergonomique. Moi qui suis habitué aux autosaves et à tout avoir tout cuit dans le bec, j’en chie comme un porc. Fichtre.) Contrairement aux autres expositions à travers le monde, le stand du FJV brillait par sa sobriété. 4 bornes Xbox 360, un écran passant des vidéos en noir et blanc dans le trip rétrofuturiste du jeu et un pauvre type ne parlant pas un mot de français au milieu de tout ça, tentant tant bien que mal de nous cacher ce qu’on est censés découvrir seulement après avoir acheté le jeu. Du coup, tout ce que j’ai pu faire, c’est déambuler dans le Wasteland, et forcer la porte d’un habitant de Megaton dans le seul but de le tuer lui et ses enfants. Autant dire trop peu pour pouvoir se faire une opinion, mais assez pour noter que le jeu devrait afficher sur PC des graphismes plutôt sympathiques et que le vert de l’interface est immonde.

S’en est suivi une visite sur le stand Microsoft, ou Fable 2 et son Peter Molyneux de service étaient présents, ainsi que Gears of War 2, mais lui sans game designer extravagant. Mais c’est sur la scène que tout se passait vraiement, avec une démonstration de Guitar Hero World Tour. Et boudiou comme c’est désastreux, comme diraient les gens dans les reportages du 13h de Jean-Pierre Pernault. Pour ceux qui n’ont pas suivi, GH:WT, c’est la copie à peine assumée de Rock Band made in Activision, signée une nouvelle fois par ces tâcherons de Neversoft. Commençons d’abord par passer de la pommade : les accessoires de Red Octane sont encore une fois au rendez-vous de la qualité, à la fois classes et fonctionnels, on notera une meilleure organisation des boutons sur la guitare et un meilleur feeling sur la batterie, grâce à une pédale beaucoup moins dure que chez son concurrent et des toms qui rebondissent comme sur une vraie batterie. Le problème, c’est que le reste ne va pas, mais alors vraiment pas du tout. Entre la jouabilité voulant ajouter tellement de trucs pour faire réaliste qu’elle en oublie d’être amusante, un tracklist ou quasiment chaque chanson n’est potable que sur un et un seul instrument et une interface qui n’a pas su évoluer au point qu’elle est aujourd’hui proprement scandaleuse, on préfèrera attendre Rock Band 2, qui devrait arriver un jour en Europe. Car oui, un jour il va arriver. Enfin je veux y croire.

Un tour sur le stand Focus m’aura permis de voir leurs jeux pour la fin de l’année, Blood Bowl et Trackmania DS. Le premier est une version améliorée de Chaos League -normal puisqu’on retrouve les français de Cyanide au développement- qui rajoute un paquet de règles diverses et variées et un mode tour par tour comme le jeu de plateau dont il s’inspire, mais le fait d’y jouer sur un stand, debout dans un espace bruyant entouré de gens qui puent le dehors ne m’a vraiment pas permis de pouvoir apprécier la qualité du titre, qui avait pourtant l’air vachement sympa. L’autre, c’est comme son nom l’indique, à savoir une version de Trackmania sur DS. La 3D est de plutôt bonne qualité et le jeu offre un bon palliatif à ce brave United Forever, pour quand on est sur la plage ou chez mamie et qu’on s’ennuie.

Passage rapide sur le stand Midway, qui présentait le déja sorti TNA iMPACT ! (Oui ça s’écrit comme ça) et l’absolument pas attendu Mortal Kombat Versus DC Universe, qui est IDIOT. Idiot dans le sens que voir Superman et Sub-Zero se foutre des grands coups de tatane à l’hémoglobine provoque une certaine hilarité incontrôlable, et idiot dans le sens ou sa liste de coups invite plus au button-mashing qu’a l’échange de coups très classe et très technique à l’image de son cousin éloigné Marvel Versus Capcom. Aussi, j’ai pas été foutu de balancer la fatalité du Joker et ça me rend malade de tristesse.

Mais la plus grosse concentration de GAGNE sur tout le salon était sur le stand Deep Silver, qui réunissait entre les versions de Rubik’s Cube Challenge et autres débilités pour casual atrophiés du bulbe des versions jouables de deux jeux DS que vous êtes obligés d’attendre, sinon je viens chez vous et je vous arrache le coeur de mes mains nues : Bangai-O Spirits et Metal Slug 7. Ouais. Cash. Je n’ai pas touché au second pour pouvoir me laisser surprendre par les multiples pièges que le jeu va me proposer (Et surtout parce qu’il y avait plein de monde qui occupait la borne, ce qui n’aide pas non plus.), mais le premier est dans la veine de son prédécesseur sorti sur N64 et Dreamcast. C’est coloré, sympa, technique et ça te brise le quatrième mur dès le tutorial. Et en plus c’est signé Treasure et ça vous force immédiatement à l’acheter. Ouais.

Pour faire un bilan de cette troisième édition du FJV, la bonne direction qu’a pris l’évènement avec sa deuxième édition se confirme ici, avec toujours plus de nouveautés, toujours plus d’évènements et toujours une ambiance ou t’as l’impression que y’a trop de monde et que y’a trop de bruit. Le prochain évènement ce sera le Micromania Game Show, et je vais être vachement plus tranquille vu que j’y irai très vraisemblablement le 3 novembre. Ce qui va me foutre sur les rotules pour Left 4 Dead. Que j’ai pas pu essayer, allez vous faire foutre EA.


Mea culpa

Je suis le premier à défendre la bande dessinée française face à l’invasion des mangamineries. D’un coté, de véritables oeuvres, couchées sur un papier de qualité, nécessitant des mois de travail pour dessiner une quarantaine de planches, de l’autre, une armée de clones bridés torchant en quelques jours dix pages moches imprimées sur du papier cul recyclé.

Je suis de même le premier à défendre la Fédération Nationale pour l’Achat des Cadres, la FNAC quoi, face au petit commerce daubesque. Pourquoi privilegier un crétin de libraire dans sa boutique merdique, qui tente de justifier son éxistence misérable par un pseudo conseil et un pseudo choix, alors qu’on peut trouver tous ce que l’on désire et plus encore dans n’importe quelle Fnac. Le petit commerce culturel est une abération permise par l’abominable loi Lang, qui empèche la libre concurence et donc la diminution des prix du livre. Résultat, là où nos amis américains payent le dernier hardcover une misère, on raque 20 reux pour une pauvre édition en carton.

Las ! voyez comme en peu d’espace, la fnac a, dessus la place, las ! las ses beautés laissé choir :

 


La chronique à Arez (WHAT? HALP!)

Bon, Arez est en ce moment au salon du jeu vidéo de Paris. Pour assouvir sa passion de journalisme total, il a ouvert un twitter ici pour relater ses aventures en direct.

Je profite de l’absence de ce jeune fouille-merde pour vous rappeler qu’il écrit dans ces colonnes, qu’il chante en dansant comme un con sur singstar, qu’il représente l’édito à 3h40 du mat’ pendant les nocturnes de l’épita et qu’il est célibataire.
…..

J’en profite pour vous rappeler que je suis plus fort que vous à puyo², que je prends des poses, que ce genre d’article me permet de rester l’auteur le plus prolifique de Soviet et que je suis célibataire aussi. Et d’ailleurs, quand je fais un reportage sur un salon de JV, c’est le TGS… Et je le fais avec des photos, des vidéos, plein de mots approchants (vaguement) le français… Bref, je suis mieux. Adoptez moi!

この番組はご覧のスポンサーの提供でお送りしました。


Dating Slime – Adopte Un Mec

(Vous ne connaissez pas Dating Slime ? Alors allez lire l’intro maintenant)

Vous voulez que je vous dise ? Les femmes nous ont coupé les burnes et elles les ont foutues au frigo. adopteunmec en est la preuve : un site de rencontre où les hommes ne peuvent parler aux femmes que lorsque ces dernières ont « validé » votre compte. Vous leur envoyez un coucou/wizz/charme, elles jettent un œil, et ce n’est que là que vous pouvez commencer à leur faire la cour.

Du coup, elles en tirent une sensation de pouvoir non négligeable. Et on se retrouve avec des cas comme ce spécimen qui prétend vous éliminer en cas de mauvais français tout en étant infoutu d’écrire correctement « rédhibitoire ». Mais elle s’en fout, car elle a la main haute dans la conversation.

Je disais donc, les couilles dans le frigo. Cela a commencé avec nos mères, toutes contentes de leur révolution sexuelle et qui nous ont éduqués, garçons et filles, en inversant les rôles. Les mecs ont des comptes à rendre, les filles choisissent et le sexe-objet a changé.

Vous ne me croyez pas ? mdt et moi avons essayé pour vous : la drague sur A1M avec 2 grammes de coke dans chaque oreille. Déjà, j’envoie un paquet de charmes aux nanas en serrant les fesses pour qu’une d’entre elles accepte nos missives. Exemple typique :

Pour l’amour du ciel, dites-moi que vous avez retenu la leçon. Dites-moi que vous avez vu les angles foireux, l’absence d’indication de poids remplacée par « pulpeuse », les tatouages, le chômage. Un autre țruc sur le site : le pseudo-Gamerscore qui pourrait aider à savoir si la miss a du succès, sauf qu’on ne sait pas depuis combien de temps elle est inscrite – Jabba the Slut présente depuis la nuit des temps, ou canon arrivé hier qui se fait spammer car présente dans la liste des nouveaux arrivages ?

Deux grammes plus tard, notre premier contact part :

Avouez que vous aussi, vous tomberiez à nos genoux. Sa réponse ?

Là. LA. Tout le problème dont je vous parlais. On se casse les COUILLES à pondre un truc marrant, et cette POUFFIASSE répond avec UNE FUCKING LIGNE. Parce qu’elle le vaut bien. Parce qu’elle n’a pas à faire d’effort. Parce qu’elle est spéciale. Parce que MTV et la star ac’ lui font comprendre, à elle et aux autres membres de sa putain d’espèce, qu’elle est une princesse et que tous les hommes sont à ses pieds, pourvu qu’elle soit elle-même. Be yourself, bitch.

Quoi, vous voulez voir ce qu’on lui a répondu ? Ah mais nous sommes restés dans le personnage :

Bizzarrement, elle n’a rien répondu.

Pétasses. Toutes. Pas d’exception.


L’égochronique à poshu: Le vide grenier.

Le vide grenier ou foire à tout ou comme vous le voulez, c’est l’occasion pour l’otaque de sortir de chez lui. Parti avec des espoirs plein la tête, l’otaku ne revient généralement qu’avec une crise d’agoraphobie et une cartouche pour sa mission

Pourtant, de temps en temps, la grâce divine se présente sous forme de gosses qui ne savent pas vraiment ce qu’ils ont dans les mains, et qui veulent s’acheter le prochain volume de Naruto… Ça m’est arrivé ce dimanche:

Que faire quand un gamin de 8 ans vous deal du patrimoine vidéoludique à prix cassé?

  • Accepter avant que les parents ne reviennent: c’est leur jeunesse que vous rachetez. Même s’ils sont inconscient de la valeur de certaines choses, ils en demanderont plus d’argent « par ce que c’est sentimental »
  • Dans la même veine, une fois le deal conclut, commencez vite à vous éloigner… La réaction du vendeur qui réalise que quelque chose ne s’est pas déroulé comme prévu peut être dangereuse.
  • Ne faites jamais confiance à un « je l’ai testé ce matin, elle marche trop bien ». Il faut checker l’état de chaque machine avant la fin de l’événement pour obtenir une petite réduction si le matos déconne. Après tout, c’est pas cher et ça fait des pièces en cas de panne d’un autre exemplaire.
  • Enfin connaissez bien vos classiques: une console vendue avec un adaptateur secteur qui n’est pas le sien par exemple, ça fait chier.
  • Le oldies c’est cool, mais restez à des tarifs convenables… Une GameGear -certes en boite- à 45€, c’est trop cher. Vous n’avez pas vocation à acheter toutes les machines en vente. Contentez vous de ce que vous n’avez pas, ce qui peut avoir une utilité… Déjà pour laisser un peu de place aux autres chasseurs présents, mais aussi pour votre porte-monnaie et la place disponible chez vous.

Voilà, c’est court, mais ce sont les cinq règles que j’applique sur une foire à tout. Dernier détail: je ne marchande que rarement sur le oldies… Pourquoi? C’est un peu de l’histoire (après tout, on ne marchande pas avec l’histoire) et je me dis que si c’est trop cher, alors peut être quelqu’un d’autre le prendra… Les retrogamers sont une grande famille.

P.S.: Combien pour le tout au fait? 38€.

MOUAHAHAHAHAH


La minute shopping.

Je poste cet article pour rien.

Oui oui, vous avez bien lu, pour rien.

Sinon a part ça, je vient juste de recevoir ça par la poste:

Vous pouvez pas imaginer comme je suis heureux. Je vais enfin pouvoir jouer a plus de 4 jeux M-CD en même temps.


Chaud devant !

L’oeil d’Eros organise sur Paris une soirée dédiée à l’érotisme.
Au programme : on commence soft avec pour la première partie de soirée deux conférence de spécialistes, puis on passe à la projection de Haikus, des danses de geishas, des démonstration de bondage, et on fini la soirée en boite avec projection de films.
Les animations sont réalisées par de vrais professionels (non, pas des madames qu’on paye) et des spécialistes. On est là pour parler du Japon et de son raport à l’érotisme. Rien de plus, ce n’est pas une baccanale.
Tout le programme sur http://www.loeilderos.fr/2.html

J’oubliais, c’est lundi 29 septembre 2008 de 19h30 à 02h00 du matin au BALAJO, 9 rue de Lappe, Paris 11eme.
Tarif entrée : 20 Euros avec consommation offerte.
Restauration légère érotico-culinaire sur place.


Grand Tournoi des Tsundere – Poules 3 et 4 : Contre-attaque hypnotique


Mon nom est Wario, et je suis votre maître. Ma…Arez est mon ennemi.


Ne laissez pas Arez voir sa favorite gagner,
Ne laissez pas Arez savourer une victoire.


Obéissez à Wario, votez pour les plus Tsundere,
Votez Kyou pour la poule 3 et Eri/Shana pour la poule 4.


OBEISSEZ A WARIO, DETRUISEZ AREZ!


MOUAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA!!!

(Pub originale : Mario land 2 sur Game Boy, version US et Française. Les québécois ont fait leur propre recette avec un mec chauve)


Grand Tournoi des Tsundere – Poules 3 et 4 : Les consignes de vote de Soviet Voice

Le Grand Tournoi des Tsundere, c’est violent. C’est même grave violent. Si les fans de Fate/Stay Night et de Lucky Star se sont partagés la poule 1, la poule 2 fut un véritable massacre, dont Lum a malheureusement fait les frais. C’est triste pour elle, mais son élimination ne fut pas en vain. Car oui, dès le premier tour, nous avons accompli un de nos objectifs principaux de ce tournoi : l’élimination de Kallen. Et là j’ai envie de crier Victoire.


Ce qui nous amène donc au deuxième round de qualifications, avec les poules 3 et 4. Et on va le voir tout de suite, c’est SERIOUS BUSINESS. Voilà pourquoi je poste juste après la fin du round 1, afin d’éviter les divers parasites qui vous appeleront à voter pour n’importe quoi. Pourquoi ? Parce que voici le menu de cette semaine :

Poule 3 – a.k.a. « La poule de la mort »
* Haruhi (Suzumiya Haruhi no Yuutsu)
* Kyou (CLANNAD)
* Naru (Love Hina)
* Kaori (City Hunter)

Voyez un peu le beau bordel qu’Axel nous a organisé. Si la place d’Haruhi dans les 16èmes de finale est quasiment garantie, il va y avoir une sacrée baston pour la deuxième place entre Naru et Kaori. (Kyou est d’ores et déja éliminée – deux animes de Kyoto Animation, l’un doit tomber-) Le conseil de Soviet Voice ? Kaori. Tout simplement histoire de réaliser mon deuxième objectif de ces phases de qualifications, à savoir l’élimination de l’écurie Akamatsu.

Poule 4 – a.k.a. « La poule des anonymes »
* Yamada (Honey & Clover)
* Shana (Shakugan no Shana)
* Lina (Slayers)
* Eri (School Rumble)

C’est comme pour la poule 1 la semaine dernière. Je ne vais pas vous donner de consigne, tout simplement parce que je ne suis pas en position d’en donner vu ma méconaissance des participantes, et parce qu’il n’y a pas lieu d’en donner, vu les faibles enjeux ici. On est loin du choc des titans du groupe 3, donc vous pouvez agir en toute liberté. Juré. Vous pouvez faire ce-que-vous-voulez. Si si je vous assure. Maintenant barrez-vous de chez moi. (Oui ce monsieur mystérieux est le premier résultat sur google quand on cherche « qui vous voulez ».)


Tournoi des Tsundere : consignes de votes

Certains d’entre vous doivent être au courant, mais un rappel pour les autres: Meido Rando, le blog d’Axel que l’on trouve parfois dans les commentaires, organise un tournoi entre tsundere, de la même manière que le tournoi des maids qui s’est passé l’année dernière. La liste des poules est . Pas d’inquiétude, Soviet Voice, réputé pour être un exemple de système démocratique, va chaque semaine vous imposer les votes. Plus de problème de choix.

Pour la première poule, le choix est clair, ce sera Rin. Favorite ? Sans doute, et alors ? C’est le caractère type du tsundere, en plus du zettai ryouiki et du twintails, autres symboles typiques du tsundere.

Et si j’allais prendre des arguments con, j’aurais dis qu’elle est en rouge. C’est marrant, mais j’aurais parfaitement vu Rin, comme étant une jeune bourgeoise chieuse. Chieuse, riche et jeune, façon rebelle révolutionnaire, genre féministe bien gauchiste, parfait pour nous.

Pour la deuxième poule, ce sera Karen.
Okay, ce est pas typiquement une tsundere, ce qui est quelque peu handicapant. Mais elle se bat contre un système impérialiste, ça mérite notre support, non ?
Autre bonus non signalé sur le site d’Axel, il y a souvent des scènes de zettai ryouiki avec elle. La preuve ? regardez ses vêtements, aussi bien en combat, en militaire ou étudiante.

Vous savez ce qu’il vous reste à faire, il vous reste le week-end pour ca. Move Zig, for great justice.


Suivant »