Soviet Voice

Je ne trouve pas de titre cool avec CE2 dedans…

C’est étrange comme quelque chose semble plus facile quand on s’y habitue. Le premier hiragana vous semble insurmontable. il faut tourner la croix tordue dans le bon sens, puis faire une sorte de no plus ovale dont la dernière boucle passe à travers la croix et sans faire dégueulasse sur la feuille s’il vous plait. Ca m’a bien prit 2 jours. Puis des dizaines d’autres ont suivit nettement plus facilement. A priori, je pensais que c’était parce que je connaissais de plus en plus de clé, mais déjà, je commence à avoir un doute sur la présence de clé dans les kana (penser à apprendre l’ordre des clés…), et puis j’ai appris de nouvelles « clés » sans trop de problème. Peut-être que c’est comme l’accent tonique d’une langue, une fois qu’on le connait tout est plus facile à prononcer. Il y a peut-être une sorte d’accent d’écriture.

J’ai appris au milieu des hiragana qu’il fallait faire tenir n’importe quel signe japonais dans un carré, et ça aussi, même si ça a l’air dur au début, les signes qu’on faisait avant débordants de partout, au bout du premier hiragana nouvelle méthode, on a déjà fait le signe tellement petit qu’il pourrait tenir dans le quart d’un carré. Bref, aucune réelle difficultés pour l’écriture. c’est presque dommage, je me voyais déjà traçant des heures chaque kanji pour réussir la boucle parfaite… enfin, la poésie de l’effort à fournir ne résiste pas au manque d’intérêt propre au fait d’y passer 10 ans. C’est surement mieux comme ça. J’ai aussi fais des réglages sans intérêt pour pouvoir écrire japonais. Je peux confirmer à ceux que ça intéresse que Haruhi signifie probablement jour de printemps, parce que c’est la première traduction en kanji que Windows me donne et que l’article chinois de Wikipédia l’écrit comme ça. Super, j’ai fais ma première traduction ! ^^

Une des choses les plus énervantes quand on apprend le japonais, c’est l’écriture imprimée. On en viendrait presque à regretter l’imprimerie tellement c’est énervant.
Consciencieux et naïf, l’étudiant en japonais commence par apprendre des hiragana qui lui semble jolis, bien fait, et bref, manuscrits. Il pensait naïvement que tous les japonais écrivaient comme ça, et se demande même si c’est bien raisonnable d’utiliser un stylo normal, et si un stylo feutre ne serait pas mieux… vous voyez les scrupules. C’est seulement lorsqu’il décide de tester ses connaissance grâce à l’un des nombreux jeu flash qui existent, qu’il constate que ces hiraganas là ne sont pas les siens.

Concrètement, après avoir apprit l’angle exact de la première boucle du A qui ressemble à une croix, et avoir compris que le rond en dessus, c’est comme un NO, mais un poil plus ovale…
Et bien on est énervé de trouver une croix chrétienne sur un rond, qui tente pourtant de se faire passer pour un A. J’en ai recopié une page entière des A, et ce n’est pas ça. Groumf.
Évidemment, après, c’est l’écriture manuscrite qui vous gonfle. Comme en français, vous commencez déjà à penser « je ne peux pas lire, il écrit comme un porc ». Ça procure une immense satisfaction…
Le no, aussi, est la plus grande satisfaction de l’apprentissage. Facilement reconnaissable, avec une traduction on ne peut plus simple, il permet au bout de 5 minutes de passer pour quelqu’un qui parle déjà un peu japonais. En plus, il est dans presque tout les titres d’anime.

Il y a une chose qu’on ne soupçonne pas, quand on est née avec une langue latine pour langue maternelle. Plus j’apprends de kanjis, et plus je parviens à dégager (de façon pas totalement consciente) une étymologie graphique. Les kanjis qui parlent de bâtiments ont presque toujours un trait au dessus, les kanjis en rapport avec l’esprit ont toujours la clé « cœur » tassée en dessous, tout les kanjis avec la clé parole ont un rapport avec les mots, à chaque fois qu’il y a trois petits traits sur le coté, c’est en rapport avec de l’eau, et sans trop de surprise, à chaque fois qu’il y a le soleil ou la lune, c’est en rapport avec la lumière. Il y a des exceptions, mais ça permet de les retenir encore mieux. C’est marrant de voir aussi à quel point on arrive facilement à différencier deux kanjis qui se ressemblent énormément à un traits près, et comment on en confond d’autre nettement plus diffèrent.

Plus on apprend des kanjis, et plus on a l’impression que tous ces signes veulent dire la même chose (et plus on connait de clé, plus on a l’impression qu’ils se ressemblent, mon dieu comme ils se ressemblent). J’ai l’impression qu’à chaque serie de 60, j’ai au moins un « magasin », un « source/origine », un « sentiment », deux « clair/lumineux », J’ai recensé aussi trois ou quatre « milieu », « travail », plein de « lieu »… Plus le temps passe, et plus j’ai l’impression que tous les mots japonais sont dérivés de « racine lumineuse », un peu comme « japon », qui veut justement dire « origine du soleil ».

J’ai peut-être un ordre un peu bizarre, mais je veux associer tous les kanjis à « quelque chose » (parfois une suite de mot, parfois une image, parfois un mouvement des yeux…) avant de commencer à apprendre les mots. Ce n’est pas comme s’il suffisait de connaitre le sens de chaque kanji pour savoir lire, et j’ai l’impression qu’il y a tellement de lectures possibles que ça ne sert à rien de les apprendre par cœur. C’est peut-être la mauvaise méthode, mais pour le moment, je fais comme si la langue écrite et la langue orale étaient deux langues différentes, qui se trouvaient avoir le même nom.


7 commentaires to “Je ne trouve pas de titre cool avec CE2 dedans…”

  1. AvatarEtsilihin
    1

    Il y a une chose qu’on ne soupçonne pas, quand on est née avec une langue latine pour langue maternelle. […] étymologie graphique.

    En effet. C’est pour cela que mes parents se sont évertués pendant mon enfance à m’habituer à reconnaître les sources latines ou grecques (pour les plus courantes) afin de comprendre des mots dont je n’avais jamais entendu parler. Mais c’est bien, continue comme ca et on entendras mes hurlements plaintifs à travers toute la France.

  2. Avatartypy
    2

    Je n’ai pas compris ton message. Quel rapport entre les racines grecques et latines et l’étymologie graphique ?

  3. AvatarEtsilihin
    3

    Parce que c’est la même chose, peut être?
    L’un a des mots composés de syllabes antiques généraux, l’autre a des idéogrammes composés d’idéogrammes basique.

  4. Avatartypy
    4

    Roh c’est bon, je n’ai pas dis que c’était complètement débile, juste dis que ça m’était jamais venu à l’idée avant… est-ce que ça mérite de réveiller toute la France par tes cris plaintifs ? ‘-_-

    Tu pense bien que si je n’avais pas vu que c’était aussi une étymologie, je ne l’aurais pas appelé étymologie. (=

  5. Avatarjonas
    5

    Hum si tu veux une méthode qui marche pas trop mal pour apprendre les kanji, y a ça:
    http://maniette.fr/

    Ca n’est pas une méthode miracle on est bien d’accord, mais si l’apprentissage des kanji était comme le vélo, alors ce bouquin c’est les petites roulettes. Ca aide mais faut bachoter bêtement en parallèle pour connaître les (parfois nombreuses) pronomciations onyomi et kunyomi ainsi que les composés qui découlent des kanji que tu apprends.

  6. Avatar__.dat
    6

    C’est justement ce côté étymologique qui fait qu’apprendre tout ces caractères est possible, ça plus les éléments phonétique qui facilitent l’apprentissage des lectures on. De même dans les mots écrit en kanjis, on retrouve souvent plus ou moins le sens du mot par composition (ex: vion) ce qui facile un eu l’apprentissage et qu’on ne retrouve pas dans les langues européennes non agglutinantes.

    « lus on apprend des kanjis, et plus on a l’impression que tous ces signes veulent dire la même chose (et plus on connait de clé, plus on a l’impression qu’ils se ressemblent, mon dieu comme ils se ressemblent). »
    Pour ma part c’est l’inverse. Plus j’en apprends plus je les différencie et plus ils prennent de sens distincts les uns des autres (nuances).

  7. AvatarFaust
    7

    Et bien je ne sais pas comment tu fais ! Même avec une licence en jap, j’ai toujours eu énormément de mal à retenir les kanjis.
    Le pire, c’est que maintenant j’ai du en oublier les 3/4 🙁

Leave a Reply