Soviet Voice

Ionismès Noreos épisode 5 : Special Mamoru Hosoda #4

Dernière partie de notre tétralogie de podcast consacré à Mamoru Hosoda. Tetho et moi dissertons enfin sur l’anime qui nous a poussé à faire ces podcasts: Summer Wars, film familial réjouissant, distrayant, malin et touchant, qui arrive à brasser avec simplicité des thèmes aussi pointus que les univers virtuels, la notion de réseau, les relations familiales, le parcours initiatique vers une affirmation de soi, et l’émulation communautaire sous toutes ses formes.  C’est dingue ce qu’on peut imaginer en surfant sur le net, mettre à jour sa page twitter, trainer sur mixi et en visitant sa belle-famille. On est loin du sensationnalisme de nos chaînes tv nationale qui s’évertuent à séparer le réalité et le virtuel de façon conflictuelle.

Un peu comme Avatar de James Cameron,  Hosoda a réussi à développer un script limpide et solide en le peaufinant dans sa tête depuis plus de 10 ans, soit la même époque que …Bokura no War Game.

Mais ce n’est que quelques lignes  directrices, je n’en dirais pas plus. Nous espérons sincèrement que tout ces podcasts vous auront donné envie de découvrir et redécouvrir ce réalisateur encore pleins d’avenir, en oubliant tout vos préjugés sur l’aspect « produit dérivé » de ses premier films, qui partagent les même qualités cinématographiques et thématiques avec ses films les plus récents. Une preuve de la capacité des réalisateurs d’animations japonaises à nous captiver et développer de façon surprenante de grands thèmes, quel que soit le sujet ou l’univers de base.

J’espère surtout que ça vous donnera envie de voir Summer Wars au moins 2 ou 3 fois avant mercredi prochain, histoire que ça ne disparaisse pas des salles en une semaine. Sinon, soyez sûr que je ne vous tarbonnerais jamais !

[dewplayer:http://www.sovietvoice.su/wp-content/ionismes-noreos-05-special-hosoda-04-true.mp3]

[display_podcast]

Quelques documents complémentaires à consulter pendant ou après l’émission :

  • L’indispensable et plutôt tichoux Arnaud Bordas, critique et rédacteur cinéphile,  nous délivre une interview de Mamoru Hosoda très instructive et très lucide sur l’état de l’animation japonaise de nos jours.  Interview qui a été faite lors de…
  • l’avant-première de Summer Wars à Paris où Hosoda s’est fait une joie de répondre aux questions des enfoirés de parisiens spectateurs chanceux présent pour cette séance.
  • Rencontrez aussi Grumpy Ojisan, un bien vieux monsieur qui fait des bonnes critiques d’anime tout en faisant du trekking dans de grands paysages sauvages américains. Le mental et la forme, les gens ! Un exemple pour nous tous, nains et gras de bide que nous sommes (enfin moi je suis grand et normal, je me sens pas concerné…j’ai beaucoup de poils par contre).
  • Et en parlant de vous, comme je sais que vous êtes tous du genre à rejouer l’affaire Dreyfus pour des détails insignifiants, j’attends de vous un élan d’engagement zolaesco-wagnérienne devant la fermeture d’esprit, la fainéantise mentale et l’incompréhension chez la plupart des critiques pantouflards françois devant Summer Wars. Parce qu’on est jamais mieux servis que par nous même et qu’on est assez grand pour se faire entendre quand on est pas content. Et je rappelle que étoiles allociné = pas toujours relatif au discours réel de la critique complète.
  • Une très jolie galerie de dessin tenue par un illustrateur pro qui est aussi auteur de roman graphique, et qui bien que sans connaitre le mouvement superflat, s’est sentis très inspiré par les avatars du monde de Oz comme en témoigne sa série de character-design « summer wars ».
  • Restons encore un peu sur les dessins avec un billet de blog en anglais consacré au très bel artbook du film, avec des vrais morceaux de Yoshiyuki Sadamoto à l’intérieur.
  • Et pour conclure sur les réflexions autour des vastes mondes virtuels, des expériences aussi forte que numérique et de « Graouh ! Le Virtuel addictif va te manger ! », je vous invite à lire ce dossier passionnant de Rafik Djoumi pour le site « Arret sur Image » sur les jeux « bacs à sable » et leurs véritables puissances et intérêts. Le genre d’article bien écrit, professionnellement crédible et ouvert d’esprit qu’on aimerait faire lire à ses proches les plus suspicieux et emplis de préjugés.

Merci de nous avoir suivis jusqu’au bout. Bon film à toutes et à tous et à très bientôt j’espère pour de nouveaux sujets (et peut être un nouveau micro…ou même…a-ha!).


Ionismès Noreos épisode 4 : Special Mamoru Hosoda #3

Après un passage éclair chez le studio qui n’aura pas aboutis, Hosoda ne se laisse quand même pas démonter aussi facilement et se sert de cette expérience pour s’approprier l’univers de One Piece, délivrant ainsi le sixième film de la franchise; un opus pour beaucoup étrange (surtout esthétiquement) mais intrinsèquement remarquable et original. Puis viendra le film de la consécration et de la renommé; un film d’adolescent qui n’a rien à envier avec les meilleurs productions de Jonh Hughes intitulé « La Traversée du temps« , suite d’un roman de l’auteur SF Yasutaka Tsutsui. Une émission sous les signes des regrets, de la fuite du temps, des retrouvailles et de l’amitié.

Time waits for no one.

[dewplayer:http://www.sovietvoice.su/wp-content/ionismes-noreos-04-special-hosoda-03.mp3]

[display_podcast]

Quelques documents complémentaires à consulter pendant ou après l’émission :

  • Voici non pas un mais deux sakuga MAD (vidéoclip montrant des séquences d’animations notables référencés par animateur ) sur la Traversée du temps, histoire de donner des noms aux bienfaiteurs à qui l’on doit la beauté de ce film.
  • En parlant de sakuga MAD, voici comme promis celui consacré à ce très talentueux animateur qu’est Norio Matsumoto, et qui délivra une scène d’acrobatie cartoonesque d’une grande fluidité pour ce film de One Piece.
  • Zug, rédacteur sympathique et pointu au webzine l’Ouvreuse, revient sur la Traversée du temps à l’occasion de la sortie ce mercredi de Summer Wars.
  • Si, en plus de être mis à jour concernant les derniers évènements de One Piece, vous avez vu le sixième film, vous pouvez admirer la preuve que cet opus d’Hosoda aura sût influencer les animateurs de la version tv.
  • Pour plus d’information sur l’auteur Yasutaka Tsutsui et l’importance de son œuvre, n’hésitez pas à consulter ce livre en langue anglaise intitulé « Robot Ghosts and Wired Dreams: Japanese Science Fiction from Origins to Anime« .
  • Est-ce que j’ai vraiment besoin de vous conseiller de regarder Paprika de Satoshi Kon, qualifié par l’indéboulonnable et passionné critique ciné Yannick Dahan de « Vidéodrome/2001 du 21eme siècle » (on parle du film de Cronenberg, hein), et qui est lui-même adapté d’un roman de Tsutsui ?


Ionismès Noreos épisode 3 : Special Mamoru Hosoda #2

Après avoir décrit le parcours d’Hosoda et disserté sur sa vision des mondes virtuels, nous allons explorer les mondes digitaux numériques des Digimon, avec les deux premiers films de Hosoda en tant que réalisateur: Digimon Adventure movie 1 et Digimon adventure movie 2 : Our War Game (ou Bokura no War Game).  Nous mentionnerons aussi l’épisode 21 de la série Digimon Adventure (la saison 1 entendons-bien).

Attention, Digimon le film, c’est pas exactement la même chose (mais je laisserais un fringuant jeune fan de Dr Who vous expliquer pourquoi dans les liens plus bas).

[dewplayer:http://www.sovietvoice.su/wp-content/ionismes-noreos-03-special-hosoda-02.mp3]

[display_podcast]

Quelques documents complémentaires à consulter pendant ou après l’émission :

  • Un extrait VO de bonne qualité de l’épisode 21 de Digimon Adventure saison 1.
  • Un court billet anglais qui vante les mérites de ces trois segments Digimon par Hosoda.
  • Mjprise1, un fan de Docteur Who et Nostalgia Critic, critique en parallèle Digimon le flim par 4kids/Fox Kids et les trois films séparés en VO. On peut dire ce qu’on veut sur le rythme de son émission, la tenue de ses effets spéciaux, la qualité aléatoire de l’audio, ses dessins  ou sa voix (ok, c’était méchant) mais tant d’effort, de candeur et d’implication dans son sujet reste très louable.  Je lui souhaite bon courage et de prendre du gallon (et aussi de se trouver un ami pour remplacer ce dessin de mécano qui lui sert de side-kick…ou au moins mettre du vide à la place de la bouche à animer, sinon on croit qu’il fume deux cigares en même temps…et de pas faire d’accessoire en lego aussi).
  • Et puis sinon il y a un type qui raconte d’habitude n’importe quoi qui a fait son propre papier sur Digimon le détournement film .

La série et les films en VOSTF, non-censuré, complet et avec des dialogues décents peuvent être facilement trouvé sur le net. On vous conseille d’emmerder Hadopi au nom de l’accessibilité de la culture et, après les avoir vu, d’acheter (en occasion parce que faut pas déconner) la version occidentale pour rire. C’est comme un sketch de Mozinor ou de Gotohwan mais en long-métrage et avec Donald Reignoux en guest star.


Ionismès Noreos épisode 2 : Special Mamoru Hosoda #1

Avant-propos : cette série de 4 podcasts spécial Hosoda a été faite sur tout le mois de Mai sur le temps libre commun à Tetho et moi (c’est à dire tard le soir). Ces podcasts étaient prévus pour être diffusé vers fin Mai mais pour des questions de délais, de temps de montages, de raisons personnelles et d’Epitanime, j’ai préféré vous donnez tout en bloc la même semaine que la sortie du Summer Wars en France. Ça vous fait autour d’un mois d’émission d’un coup.

Car c’est bel et bien pour fêter l’arrivé de ce film 1 an après sa sortie salle au Japon que Tetho et moi avons décidez de vous préparez cette série de débat, d’analyse et de commentaire sur toute la carrière de ce réalisateur plein d’avenir.

Mes remerciements encore à Tetho pour donner du poids aux propos de ces émissions par sa culture et à AxelTerizaki pour nous avoir laissé utiliser son serveur Ventrilo.

——————–

[dewplayer:http://www.sovietvoice.su/wp-content/ionismes-noreos-02-special-hosoda-01.mp3]

[display_podcast]

Quelques documents complémentaires à consulter pendant ou après l’émission :