Soviet Voice

[Ermite Moderne] The Binding of Isaac : l’aventure infernale (let’s play géant spécial Halloween)

Il aura fallu attendre deux jours après l’upload de la vidéo sur Youtube avant qu’un billet ne soit posté sur Soviet Voice, mais voici enfin; après tant de peine, de sueurs et de cris d’animaux, le « let’s play géant » (façon épopée à la Hooper) consacré à ce maudit jeu qu’est « The Binding of Isaac » de Edmund McMillen (game designer de Gish et Super Meat Boy), inspiré  du « Sacrifice d’Isaac » (fils d’Abraham) de l’Ancien Testament, vous est enfin présenté !

Assistez donc à deux heures et demi de mésaventure malsaine dans le plus sordide enfer qu’un petit enfant tout nu se battant à coup de larmes peut traverser.

Pendant tout le long de cette quête dédiée à l’émancipation d’un garçon malheureux via le meurtre de sa mère (parce que c’est elle ou lui), nous verrons des créatures perturbantes à mi chemin entre le kawaii et le gore le plus craspec imaginable.

Plus de 2 heures et demi d’explications sur le jeu et son système, de discussion sur les films d’horreurs, de discours théologique, de trivia religio-historique, d’auto-congratulations, de bullet time involontaire, d’insultes odieuses, de chant emo-pouffe, de blagues navrantes, de fatigue menant à des divagations insensés et de combat âpre tapissant de sang, de pisse et de merde les murs de chaque pièce des donjons aléatoirement générés qui structurent le jeu !

Le tout sera entrecoupés de classiques de la creepypasta, directement traduit depuis l’anglais et lu devant vous afin d’aérer la vidéo et faire de petites pauses tout en restant dans une ambiance horrifique qui met un peu la pression

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=F_Uz5qyJmcw[/youtube]

(en parlant de creepypasta, n’oubliez pas l’itw radio sur bribes perdues ce 11 Novembre).

Si vous voulez jouer à ce jeu diaboliquement addictif à la replay value gargantuesque, il ne coûte que 5 €urodollar$ sur Steam.

Mais il y a une meilleure affaire encore: profitez du Humble Voxatron Bundle (un hors-série des Humble Indie Bundle), où vous pouvez repartir non seulement avec l’alpha de Voxatron, un jeu de shoot/plate-forme en voxel (l’objet principal du Bundle), mais aussi Block that matters, un très bon jeu de plate-forme/puzzle à base de bloc de tetris élémentaire…et bien entendu le jeu auquel cet article est consacré.
Les jeux seront bien sûr sans drm et directement téléchargeable après achat , tout ça à la condition de payer plus que la moyenne actuelle des dons si vous voulez avoir les 3 (sinon vous n’aurez que Voxatron).  Et bien sûr, les recettes iront directement aux dévellopeurs mais surtout à des œuvres de charité.

A part ça, si vous êtes curieux quant à la création de cette vidéo, sache qu’elle fut assez épouvantable (comme en témoigne certains problèmes techniques de la vidéo comme les artefacts qui apparaissent parfois ou un bruit de fond un peu cliquetants pendant les récitations de creepypasta) mais je suis bien content d’y être arrivé jusqu’au bout et d’avoir put publier un produit fini dans des délais à peu près décent. Si vous voulez comprendre en quoi la création de cette vidéo tenait de la galère, je m’en vais vous transcrire (avec correction et reformulation) une discussion que j’ai eu à ce sujet:

(suite…)


[Ermite Moderne] 2 petits teasers…

En attendant la vraie vidéo qui devrait sortir, je l’espère d’ici la fin de cette semaine ou le début de la semaine prochaine, voici des teasers.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=jz9Ofhu7wwY[/youtube]

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=VqawXIEmJgE[/youtube]

Ceux qui m’auront aperçu pendant l’Epitanime comprendront ce qui se passe dans le deuxième teaser (le 1er teaser montre des footages qui n’apparaitront pas dans la version finie).  Au moins cette prochaine vidéo servira de hors-série spécial pour fêter pour les 1 an de mes activités sporadiques en vidéo web ou quelquechose comme ça. J’aurais dû le monter depuis 4 mois mais on va prétendre que j’ai gardé mes footages au chaud exprès pour célébrer cette heureuse occasion avec une vidéo spéciale.

Ouais.

On va dire ça.


[Ermite Moderne] Podcast ta face !

L’Ermite Moderne a enfilé son peignoir le moins propre pour vous faire un podcast vidéo trivial (façon Norman ou Cyprien) racontant à quel point il en a marre des podcast vidéo trivial (façon Norman ou Cyprien)…oui c’est paradoxal, mais en même temps, pour faire une bonne parodie, il faut s’approprier les règles du genre abordé, non ?

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=o83VN0xtKAU[/youtube]

Alors normalement, c’est l’endroit où je devrais mettre pleins d’informations complémentaires en adéquation avec le billet, histoire de prolongé intelligemment l’expérience de la vidéo en complicité avec mes spectateurs qui iront pris la peine de venir de Youtube à Soviet Voice, ceux qui lisaient déjà régulièrement le site ou même juste les curieux qui veulent en savoir plus sur le sujet abordé et chopper quelques liens sympas.

Mais là non, pour ce coup-ci, ce sera pas la peine.

Je précise juste pour ceux qui croient que j’aurais perdu mes testicules à force de mater My Little Pony parce que j’aurais précisé dans ma vidéo que tout ça n’était que du second degré: je vous rassure, pour le moment, j’assume toujours parfaitement mon opinion et je n’ai mis cet avertissement seulement pour calmer d’éventuels jeunes fans un peu trop rapide en besogne de Norman et Cyprien, qui pourrait croire que remettre en question les choses qu’ils aiment équivaut à les insulter copieusement et directement. Disons qu’il serait dommage de fermer la colonne de commentaire youtube parce que ça m’aurait saoulé de voir un gros tas de message style «  t k1 connard, tu kr1 !!! Norman et Cyprien son super!!!!!! T just jalou et égri et en + ta barb pu du Q sal klodo!!!!!!! « .

Mais après ça implique qu’un grand nombre de gens, dont ceux qui viennent nombreux voir les vidéos de Cyprien, Norman et le reste Gang du Grand-Angle (ou même Fish-Eye Gang, comme vous voulez) verront cette vidéo pour m’inonder de commentaire.
Je ne suis pas présomptueux; je ne penses que ça risque de m’arriver de sitôt. C’est juste par une formalité de prudence que je fais ça (un peu comme je l’ai fait pour « Raconte-moi un hentaï » de façon déjà plus justifié vu le contenu et le nom).

Maintenant que j’ai bien écrit pour raconter un truc naze total osef, je profite du vide pour partagé une vidéo du compère Nunya, qui s’est essayé au style Cyprien lui aussi, à la différence que cette fois, on y entend avec humour des choses informatives et utiles sur un sujet culturel spécifique, genre « Comment préparé son voyage au Japon ? ».  Pour le coup, i’m ok with this.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=nvZcPK8oE7o[/youtube]

PS : Normalement, la vidéo suivante sera en rapport avec le dernier Epitanime. Ceux qui m’y ont vu là-bas comprendront ce qu’elle a de si spéciale. Désolé pour la longue l’attente !


[Megaman 3 X Ermite Moderne] Velvet Video Burger saison 4 épisode 4

Votez pour moi dans le site du VVB comme meilleur intervenant de cette série de Let’s Play collaboratif, sinon je vous envoie un escadron de nosferapti armés de poireaux sur votre maison ! (avec des lycéens japonais enragés en renfort). Et ceux qui n’ont pas compris cette menace n’auront qu’à regarder mes vidéos précédentes.

En espérant que ça vous distrait bien. J’espère surtout rencontrer certains d’entre vous à l’Epitanime, entre ma participation aux concours de Viusal Novel et ma vidéo surprise que j’ai spécialement prévu pour cette convention et que risque de mettre ma vie en danger.

This Friday will be fun, fun, fun, fun…


Je voulais juste une dernière chance…

Il y a de cela presque un mois sortait en Europe des jeux attendus par énormément de personnes, dont je faisais parti, bien évidemment. Ces jeux étaient les nouveaux opus de la saga Pokémon, que Nintendo a sobrement appelé Noir et Blanc. Pour moi ces nouveaux Pokémon représentaient beaucoup : après une quatrième génération plus que décevante, c’était en quelque sorte « le dernier espoir de Nintendo ». J’avoue avoir été énormément sceptique durant plusieurs mois, et ce malgré quelques petites infos lâché par un des traducteurs des jeux sur IRC et un trailer ma foi plutôt sympathique. J’avais envie d’y croire dur comme du fer, mais en éternel pessimiste, j’étais quasiment prêt à crier dans les rues « La licence Pokémon est morte ! Vive les Pokémon » afin de rendre hommage aux trois premières générations. Finalement, le 4 mars 2011, les deux jeux sont sortis. N’ayant pas d’argent, je me suis donc jeté sur la première version typiaké-patché qui trainait sur le net, et j’ai lancé le jeu dans l’espoir de trouver dans Pokémon Blanc le renouveau d’une licence qui commençait à s’essouffler à mes yeux. Et contre attente, c’est ce que cette version s’est révélé être.

Je pourrais vous expliquer pourquoi cette version est toute bonnement géniale  à travers une danse chelou, une chanson ou même un dessin, mais comme je ne suis doué pour ce genre de choses je vais m’en tenir à la seule chose que je sais faire, c’est-à-dire écrire des textes que personne ne lira avec une prose indigeste. Bon appétit.

Hint : J’ai pris le starter vert.

Nintendo affirmait avant leur sortie que ces deux jeux seraient différents des autres pokémon sortis à ce jour, et c’est vrai. Outre la 3D qui est cette fois (non je ne vise pas diamant/perle/platine) vraiment réussie, il y a énormément de changements que ce soit dans le gameplay ou dans le jeux en lui même. Avant Pokémon pouvait se résumer sous un schéma on ne peut plus simple qui est le suivant. Dans toutes les versions, tu démarres de la même façon : un professeur spécialisé dans les Pokémon te donne une créature qui sera vite useless, un pokédex et te lâche dans la nature sans rien t’expliquer. Ensuite tu t’en vas défoncer les champions de ta région, en te faisant au passage une organisation idiote et désordonnée qui t’aide bien à t’entrainer, tu attrapes quelques pokémon sur le chemin, histoire de, puis tu finis en beauté avec la ligue. C’est simple, et efficace. Au fil des générations ce schéma a été amélioré : on a inventé la tour de combat, on nous a proposé un autre monde dans Or/Argent/Cristal, une zone de combat dans la troisième génération, de la merde dans la quatrième, et enfin toujours, toujours plus de monstres à chopper, comme si on en avait pas déjà assez à attraper. Pokémon Blanc et Noir, eux, suivent le chemin de leurs aînés mais à leur façon : tout en faisant grandir la liste de choses à faire dans le jeu, ils changent un petit peu le schéma. C’est des petits changements mais pour un fan qui étaient lassés de voir un petit peu la même chose, c’est un gros bol d’air frais. Par exemple, comme Sonocle l’a dit dans sa dernière vidéo (j’avoue que mon article fait un petit doublon au sien), c’est fini l’organisation idiote sans aucun leitmotiv que tu défonces et que tu ne revois plus jamais : la team plasma est bien différente. C’est pour une fois une secte vraiment bien organisé qui a ses plans, ses motivations et qui intervient tout au long du jeux. Franchement je n’hésiterais pas à dire que c’est un vrai plaisir de voir un Pokémon avec ENFIN un semblant de scénario qui rend les choses un peu plus épiques. Avant, tu te faisais une Team Rocket (Jump) ou Aqua/Magma sans savoir pourquoi. Il n’y avait aucune raison valable : c’est ton devoir, point, peu importe qu’il y ait d’autres dresseurs dans le monde. Désormais, on a enfin un scénario plutôt entraînant qui te donne des raisons de te battre et qui te met face à un adversaire qui n’est pas idiot, désorganisé, mais terriblement mauvais et malin, la team Plasma. De plus ce qu’il y a de bien avec ces méchants c’est que même après les avoir battu, ils te donnent encore du fil à retordre. Mais bon je vais m’arrêter là, sinon je vais me mettre à vous spoiler à la gueule.

Outre le fait que Pokémon ait maintenant un scénario un peu plus long et étoffé, il y a  beaucoup d’autres changements, que ce soit au niveau du gameplay ou au niveau de la difficulté du jeu. En fait je n’ai qu’un reproche à faire à Noir et Blanc : ils sont trop simples, BEAUCOUP trop simples. Je ne suis pas forcément du genre à mettre tous mes jeux en difficulté max, cependant j’aime galérer un temps soit peu. Qui se souvient des premières grottes qu’il fallait explorer à tâtons avec le flash dans le deuxième génération, ou bien de la ligue pokémon dans Rouge Feu et Vert Feuille ? Même si c’était parfois rageant, il faut dire que c’était amusant malgré la difficulté. Qui se rappelle aussi des routes victoires impossibles qui te donne envie de balancer ta console par la fenêtre ? Eh bien si vous vous en rappelez, grand bien vous fasse, seulement pas la peine d’espérer voir ça dans la cinquième génération. Désormais les CS sont carrément inutiles (elles ne vous servent quasiment jamais), les grottes trop faciles, et les dresseurs ennemis sont juste des blagues. Même la route victoire et la ligue, ces deux endroits qui doivent normalement vous donner un temps soi peu du fil à retordre sont torchables extrêmement facilement. Ca plaira sans aucun doute à certain cette difficulté qui est vraiment réduite au minimum, seulement avec moi ça passe pas. Mais attendez, je ne vous ai pas encore tout dit, car il y a encore pleins de choses à dire à ce sujet. En fait, pour faire simple, on vous tient par la main durant toute l’aventure : votre professeur vous donne des objets comme ça cash dès qu’elle vous voit, on vous offre des baies tous les deux mètres (c’était quand même mieux de les cultiver en les cueillant au préalable, non ?), votre master ball vous l’obtenez la main dans le froc, et le pokémon légendaire du style Latios/Latias ne m’en parlez pas car c’est tout simplement du grand n’importe quoi. Avant pour attrapper ce genre de bestiole qui bouge sur toute la map tout le temps, on en chiait. Personnellement je me souviens des trois chiens légendaires qui étaient affreusement difficiles à chopper. J’ai du au moins passer une trentaine d’heures à leur courir après (ce connard de Suicune se cachait DANS UN BUISSON !), sans faiblir une seule fois. Maintenant, vous voulez savoir en combien de temps j’ai un pokémon dans le genre ? Même pas une heure. Oh et puis pendant que j’y suis, face au légendaire de ma version j’aurais pu débloquer un achievement : j’ai l’ai attrapé avec une poké-ball en deux tours. Tout simplement ridicule. Sinon Nintendo a eu une autre très bonne idée pour rendre le jeu encore plus simple : maintenant quand un de vos Pokémon est empoisonné il ne perd plus de vie quand vous marchez. Certes, cela rendra un certain challenge plus facile, mais j’aimais bien avoir la pression quand un de mes pokémon était empoisonné, c’était vachement marrant d’être stressé sur la route du centre pokémon…

Lugulabre, mon pokémon préféré de cette génération par LittleAxel.

Je m’aperçois que je crache sur les changements apportés par Nintendo dans cette nouvelle génération mais rassurez-vous, il y a du bon, du très bon je dirais même. Par exemple maintenant vous pouvez réutiliser vos CT à l’infini. Autant le dire tout de suite, c’est très très pratique. Avant vous deviez réfléchir comme un fou avant d’en utiliser une ; c’était tout un casse tête de choisir à qui vous apprendrez mitra-poing, séisme, etc. Maintenant c’est fini tout cela ! Même si cela réduit encore une fois la difficulté du jeu, je trouve tout de même cela intéressant et utile comme nouveauté, surtout d’un point de vue stratégique. Si les CT sont réutilisables autant que l’on veut, on peut facilement faire des test. Vous voulez savoir qui fait le plus mal avec une attaque Psyko ? Pas de problème, vous pouvez ! En tant qu’adepte de la stratégie, je trouve vraiment ça on ne peut plus sympathique. Sinon, autre changement et pas des moindres : quand vous commencez le jeu, vous n’avez accès qu’aux monstres de la nouvelle génération. Shbam. C’est vraiment bien comme idée parce que ça nous oblige à découvrir ce qu’il y a de nouveau et à changer nos bonnes vieille habitudes en conséquences ! Pour les vieux ringards comme moi qui prenaient à chaque fois des pokémon de la première, deuxième ou troisième génération à chaque fois  c’est vraiment une impasse. Au début je dois avouer que ça ne m’enchantait pas des masses cette idée de Nintendo, mais finalement je m’y suis fait, et avec un peu de temps j’ai vraiment trouvé que c’était une bonne idée. Même si les nouvelles bestioles sont toujours aussi laides (certaines ont le charisme d’une moule, c’est dire), c’est tout de même un plaisir les découvrir.

Nintendo s’est également penché sur le système d’échange, que ce soit le traditionnel système IRL, ou celui par Wi-fi. Si il y a bien quelque chose qui s’améliore de version en version c’est ça : le système d’échange (ou bien de duel). Au départ c’était très rébarbatif de jouer avec ses amis : c’était long,  vraiment rébarbatif, très agaçant lors des échanges (il fallait pas être pressé), et en plus le putain de cable Link se débranchait parfois, grrrrmbl. Aujourd’hui, faire des partis ou échanger avec ses potes n’a jamais été aussi fun. L’interface est désormais optimisé pour être la plus pratique et conviviale possible, surtout en ligne à vrai dire. Je n’y ai pas été beaucoup (je préfère échanger avec une personne en face de moi) mais il faut dire que c’est vraiment bien foutu ! En fait on a un peu le droit à ce qu’on nous promettait dans Perle/Diamant/Platine mais en encore plus puissant. Ce qui n’est franchement pas pour me déplaire, à vrai dire. J’ai hâte de voir ce que ça peut donner dans la prochaine version, car je pense que Nintendo peut vraiment faire quelque chose en exploitant vraiment à fond le mode online chez Pokémon…

Pour finir j’ai envie de revenir sur l’ambiance graphique du jeu, qui je le pense, mérite d’être applaudie. Après une quatrième génération vraiment peu convaincante de ce côté-là, cette fois nous avons enfin le droit à une 3D réussie qui colle parfaitement à l’image du jeu. Même si parfois la 3D peut nous faire galérer (dans l’arène avec les canons notamment) ou bien nous faire mal aux yeux (la grande ville est juste horrible je trouve), la nouvelle ambiance visuelle de Pokémon reste néanmoins très agréable à regarder et très fraiche, ce qui fait que c’est une franche réussite à mes yeux. Avec une bande son vraiment plus que correcte, c’est donc un véritable plaisir de se balader dans ce jeu, que ce soit sur un vélo ou avec les désormais traditionnelles chaussures de courses. De plus, pour vraiment rendre le tout vraiment sympathique, l’environnement du jeu change selon la saison. Bien entendu, cela influence également l’apparition des Pokémon et plein d’autres choses, mais comme je ne suis pas forcément atteint par la collectionnite-aigu (ce qui est bizarre pour quelqu’un qui joue à TF2 je dois avouer), c’est surtout les changements graphiques qui m’ont marqué. Glisser sur l’eau en hiver c’est franchement marrant. N’hésitez pas à changer les dates de votre DS pour essayer !

Votre rival en total communion avec la nature et les Pokémon. (quel hippie)

En conclusion, malgré ses nombreux défauts, la cinquième génération de Pokémon est donc une réussite. Personnellement j’ai bien pris mon pied dessus jusqu’à maintenant (j’en suis à 60 heures de jeu), et je pense que ce n’est pas près de finir. Même si je risque d’y jouer beaucoup moins dans les prochains jours,  puisque je vais me frotter au Nuzlocke Challenge, c’est désormais sûr que je vais retourner ma version Blanche dans tous les sens, jusqu’à ce que Nintendo sorte un prochain jeu exploitant cette licence que j’adore depuis maintenant plus de 10 ans quasiment.

PS : oui vous n’êtes pas fou, il y a bel et bien un nouveau membre sur ce blog, qui plus est quelqu’un qui risque de bloguer assez souvent pour faire revivre cet endroit. MER IL ET FOU.

PS2 : J’en profite pour m’excuser pour le titre de cet article. Je sais que c’est profondément pourri, mais c’était tellement facile. Et encore vous avez eu de la chance car j’aurais pu vous faire un remake de la chanson dans son intégralité. :p


[Ermite Moderne]Pokémon Nuzlocke Challenge : devenir le meilleur dresseur ou mourir en essayant

Un jour je serai le meilleur dresseur, je me battrai sans répits…ou je mourrai en essayant, en perdant tous mes amis.

L’Ermite Moderne sait très bien que les jeux Pokémon ne sont pas seulement l’apanage des plus petits et qu’il n’y a aucune honte à toujours vouloir tous les attraper. Mais il y a un moment où il faut rajouter plus d’enjeux et de risque pour épicer une aventure qui, bien qu’elle améliore sa formule, reste similaire en substance à ses prédécesseurs depuis la game boy. Cette vidéo servira d’introduction à un défi pokémon populaire aux USA qui va transformer votre ballade bucolique de jeune dresseur en parcours du combattant portant sa croix sur un sentier ensanglanté, mais qui éveillera en vous de nouveaux sentiments, dont un plus grand respect pour vos pokémon (même les rattata et les nosferapti…enfin peut-être pas les nosferapti).

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=HTPbne8W0rE[/youtube]

Navré pour les quelques fautes de frappes dans mes titrages.  Ce genre de grosse vidéo me fait passer des nuits blanches, ce qui me rends par moment moins vigilant sur ce genre de paramètre. Néanmoins c’est un des épisodes dont je suis le plus fier, même si je n’étais pas au sommet de forme physique et que j’ai eu l’impression de ne pas me assez me détacher de mon texte par moment. Mais je me suis quand même bien amusé à le faire, notamment parce que parler de Pokémon est toujours agréable en soi, parce que je me suis essayé à quelques gags bien extravagants, que ça m’a donné l’occasion de lire pleins de web-comics sympathique, d’insérer quelques effets spéciaux à base d’animation et incrustation (une première pour mes vidéo, vu que je suis incapable d’en faire…j’en reparle dans les remerciements en fin d’article), mais surtout le sujet m’intéressait vraiment en tant que cas de game design.

(suite…)


[Spécial St-Valentin]Raconte moi un hentai…

L’Ermite Moderne décida de fêter la St-Valentin à sa façon. Et puisqu’on parle de la même personne qui consacra son premier sujet au magical girl à poil, il était prévisible de voir notre hikkikomori français préféré s’adonner à pareil facétie le jour de la fête de l’amour véritable qui a besoin de carte de vœux  et de chocolat pour être rassuré. Mais le choix de l’histoire qu’il va vous conter, tel un Père Castor croisé avec Pervers Pépère,  est un témoignage explicite de ce qu’il pense vraiment de l’amour véritable. En espérant que vous aimez les doujinshi One Piece bien hardcore…

Et si vous avez l’impression que l’Ermite raconte vraiment n’importe quoi n’importe comment, c’est tout à fait normal.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=1PhP4H0wHvA[/youtube]

La musique de début se nomme « Juice » de Jun Sasaki et provient de l’indispensable bande originale de  » Panty & Stocking with Garterbelt  » réalisé par Imaishi Hiroyuki, le dernier anime qui a fait sensation dans un style dont Gainax a le secret, qui a d’ailleurs servi de base à la réflexion de ma première vidéo.

Je me demande d’ailleurs si je vais pas faire une critique/analyse vidéo de cet anime un des jours. Ça demandera sûrement beaucoup de boulot mais si j’ai consacré des nuits blanches pour Miku Hatsune, pourquoi pas PSwithG.

Mais tout cela reste hypothétique, car avant ça  j’ai une autre vidéo déjà filmé en attente d’être monté et quelques footages d’Angoulême dont je ne sais pas trop quoi en faire. Je dois admettre que cet épisode spécial St-Valentin à été filmé, monté et uploadé à la foulée en une journée. Ma performance devant la caméra est entièrement improvisée; mon moniteur pc ayant affiché non pas un texte mais les scans de « Bloom, pirate hooker ! Bloom ! » de Rebis que je narrais dans le feu de l’action en ayant un ton aussi décalé et châtié que possible. J’aimerais bien un jour être capable de sortir avec un ton stoïque et sérieux  des grosses horreurs extraterrestres, un peu comme Professeur Rolin ou Leslie Nielsen…ou comme Osaka dans Azumanga Daioh,  mais en total impro.

J’arrive très bien à le faire dans la vie de tout les jours que je parle avec des amis, quand je fais mon gros lourd d’érudits devant plusieurs auditeurs ou quand je faisais des performances théâtrales à plusieurs, mais le faire en étant juste seul avec ma caméra ne me prépare pas exactement à reproduire ce que je fais aisément pour taquiner et faire rire des gens plus proches, même si je sais qu’au final, c’est aux gens de youtube et de Soviet Voice que tout cela va profiter. Je dois essayer de capturer cette sensation que j’ai en public ou trouver une nouvelle méthode pour parvenir au même résultat.

Que sera, sera; comme disait l’autre (c’est quand même pratique comme conclusion).

PS: et comme je suis un gros naze,  j’ai même pas remarquer qu’apparemment, Youtube a maintenant décidé de cesser sa politique des 15 minutes et n’impose plus de temps limite aux vidéos uploadé, comme dailymotion ou nico nico douga. Sauf que moi j’ai pris l’habitude de faire  des vidéos qui font environs 15 minutes et que je prie à chaque upload pour que youtube l’accepte. Du coup j’ai viré une une grosse partie de mon intro pour le remplacer par du texte et j’ai du découpé à la hache le reste de la vidéo pour arriver péniblement à 15:54.

De toute façon, on m’a déjà que mes intro étaient parfois trop longue, mais là je pensais avoir fait un truc bien marrant. Enfin tant pis, j’ai pas le courage de refaire tout le montage alors je posterais peut-être des bouts de l’ancienne version de cette vidéo comme bonus. Dingue ça, d’être endommagé par un nouvel avantage.

PS2: j’ai un compte facebook maintenant. Parce que de nos jours,  faut bien en avoir un pour rester en contact on dirait. Perso ça me sert d’outil de promo et à partager des faits d’actualités, l’avancée de mes tournages et des liens sympa avec les gens qui apprécient mes vidéos,  histoire d’assurer l’entertainment même que je fais pas le mariole devant la caméra. C’est vrai que c’est marrant mais si j’ai réussi à résister au mmorpg, je résisterais aux pokes des sirènes. En tout cas là j’y arrive.

Donc je laisse le lien, et c’est vous qui voyez. Tant qu’on y est, peut-être un compte tweeter avant la retraite française qui sait, je sais pas…je vais essayer de pas trop raconter des mondanités inutiles en tout cas, comme ça se fait souvent sur les réseau sociaux.

« I don’t know what your generation’s fascination is with documenting your every thought… but I can assure you, they’re not all diamonds. « Roman is having an OK day, and bought a Coke Zero at the gas station. Raise the roof. » Who gives a rat’s ass? »

Mr. Griffith, du film « Easy A« .


Sous-France Culture 03 : Scott Pilgrim vs Le Cercle

Après les chroniqueurs TV et les pseudo-philosophes, l’Ermite Moderne fait face à ses plus terribles ennemis : les critiques de cinéma français. Alors que « Scott Pilgrim vs The World » est sorti en salle cet Hiver avec bien trop de discrétion pour son bien, nos habituels gardien de la haute et chiante culture accablent encore ce film du haut de leur méconnaissance. L’Ermite Moderne ne pouvait pas rester là sans réagir et aidera Scott à affronter « Le Cercle » coalition maudite des plus terribles critiques cinéma.

Avant de voir cette vidéo, vous devez impérativement voir le trailer. Vous avez aussi l’émission entière de « Le Cercle » sur Scott Pilgrim que vous pouvez avant ou après, comme cela vous chante. Comme promis,  j’ai omis Phillipe Rouyer parce que j’ai estimé que son intervention n’appelait pas vraiment à une réponse sinon ce n’est celle-çi.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=sR0iD6wV4nM[/youtube]

On a quand même une belle brochette de winner dans cette émission. Sur les 6, il y en a vraiment qui pour moi sortent du lot tellement ils sont insupportables au quotidien : Ferenczi et Begaudeau.

Je pourrais faire une émission entière sur un seul de ces deux zigotos tellement ils sont emblématiques de tout ce qui me cause des déflagrations aux testicules dans  l’environnement culturel et critique français. C’est presque comme si ils en étaient les incarnations; je pourrais faire une émission entière pour un seul d ‘entre eux. Mais comme ils méritent pas autant d’effort, je vais compiler quelques unes de leurs plus grosses perles.

(suite…)


[Bande-Annonce] Sous-France Culture 03

Je vais essayer de terminer le prochain Sous-France Culture pour cette fin de semaine, au mieux.

En attendant, voici une bande-annonce qui servira aussi d’intro à la prochaine vidéo (comme ça j’aurais pas besoin de présenter les critiques que je vais basher dans le vrai épisode histoire de gagner du temps).

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=kOg0w04ezYE[/youtube]

Ouais, j’aurais bien voulu faire une  parodie de bande-annonce à l’Hollywoodienne plus léché avec des intitulés qui volent, des effets animés et tout mais je suis un lamentable novice improviste en technique audiovisuel qui touche tout juste à Adobe Première et qui sait même à quoi ressemble AfterAffect. On m’a conseillé d’essayer Ulead Camstudio pour faire des effets et des animations plus facilement mais ça implique des vidéos format mpg de moyenne résolution. Me rajouter du boulot en ré-encondage des sources et sacrifier le 720p/1080p, ça me tente moyen…

Et oui, ce sont bien des morceaux de la BO de « Scott pilgrim vs The World : the game » que vous entendez durant la bande-annonce. Pas la peine de vous rappelez que quiconque cherche des bons mélanges entre rock et chiptune y trouvera son bonheur.

A titre d’information, je vais arrêter un moment avec les Sous-France Culture après l’épisode 3 et je vais essayer de revenir à mes « réflexions philosophiques » (comme pour la première vidéo) et d’autres concepts d’émissions qui j’espère vous plairont. A très bientôt !


[Ermite Moderne] Sous-France Culture 02 : Ils ont des têtes d’abrutis…mais on parle de qui ?

Dans ce nouvel épisode du segment « Sous-France Culture », l’Ermite Moderne revient sur une vidéo et sa parodie qui ont buzzé sur Dailymotion, où deux soi-disant connaisseur en philosophie se mettent à raconter un vieux discours faisandé sur les jeux vidéo à tout les spectateurs d’Arte (les dégâts seront pas très étendus mais quand même…). Mais comme c’est bien trop pour une seule tête d’abruti, une deuxième vient squatter le canapé de l’Ermite pour lui prêter main forte. Let’s go for some 2 vs 2, baby !

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=J_OFLBmyhfU[/youtube]

[c’est quand même bien chiant cette limite de 15 minutes sur youtube. J’ai put faire quelques cut plus clean mais j’ai dut sacrifier le générique et des bouts du final. C’est rageant]

J’aimerais rappeler quelquechose de très important : Raphael Enthoven c’est aussi un génie incroyable à la capacité analytique stupéfiante qui a pondu un des papiers les plus aberrants et à côté de la plaque sur Avatar, comme quoi ce film parlerait d’un genre de communautarisme qui rejoint le FN en esprit. Déjà que je ne pardonne jamais qu’on essaye d’entasser  » l’ingérence des problèmes de société dans des univers de fantaisie «  (©Rafik Djoumi), il omet et déforme des tas de faits et détails sur le film pour finalement conclure sur l’exact opposé du discours que cette œuvre véhicule.

Cette tendance que les critiques français ont a imposer à chaque film une grille de lecture exclusivement pragmatique, rationaliste et toujours en raccord avec l’actualité et la politique, dans des films qui abordent la fantaisie, la mythologie, le rêve, l’inconscient collectif et des choses qui concernent plus l’Homme dans ce qu’il a de plus profonds que les systèmes qui le gouvernent en surface…c’est juste répugnant, et ça ne date pas d’hier. Mais apparemment, c’est le mieux qu’ils puissent faire pour aborder un sujet (ou même une culture) qui leur est étranger et trop récent pour leur convenance

Entre « les jeux ça rend con et seul », et « Avatar ça rend raciste », vivement « les jeux de rôles c’est pour les fachos », « Star Wars c’est pour les royalistes nostalgiques », « la science-fiction c’est pour les eugénistes » et « Le Manga font du mal à la Fran…oh wait Zemmour l’a fait avant« .

Pour encore plus de grosse marrade, Colas Duflo, notre expert en infinité sur 64 case, aurait en fait fait toute une thèse sur une approche philosophique du jeu à l’Université et réitéra sur le sujet avec « Le Jeu, De Pascal à Schiller ».

On pourrait croire qu’un auteur qui prends le jeu avec sérieux, rigueur et spiritualité aurait été plus consciencieux et plus renseigné avant d’aborder le sujet du jeu vidéo et se serait mis à étudier ce nouvel univers ludique avec la même fascination et le même éclairage que lors de sa redécouverte des jeux traditionnels sous un angle philosophique nouveau et ainsi sortir une thèse en avance sur son temps…

Mais visiblement je vis dans un monde imaginaire composé de fées, d’elfes, de rivières de miel et de gens fidèles à leurs principes qui arrivent à préserver leur curiosité contre les affres des préjugés antédiluviens et de la hiérarchisation facile et improbable. A la place j’ai un type et son pote qui me déblatèrent comme des fanboys « les échecs c’est mieux que les jeux vidéo, nananère ! 64 cases d »infini, 10^80 combinaison possible et blast processing 16 bit avec gestion du mode 7 et de l’anti-alliasing. Chess does what nintendon’t ! ».

Et en plus il te parle de « jeux nobles », histoire de bien structurer son délire (marrant de parler de monarchie quand on aborde le jeu d’échec où il faut protéger un roi…ohoho, quelle mise en abîme, je devrais passer à la tv). Si j’étais un gros con qui se serait laisser happer dans la même lubie que ce monsieur, il aurait facile de dire « Oui mais non; on a des tactictal rpg et des rts où t’as où 1000 fois plus de cases et de paramètres à prendre en compte. Et on a la couleur alors que toi c’est noir et blanc et en plus et on a des scrollings alors que toi c’est qu’un plateau fixe et en 2D en plus, alors que dans Counter-Strike t’as plusieurs étages où il faut te cacher et puis il y a le sens du vent et on a des vrais beaux personnages et pas des pions » et fuckin’blablabla.

Si j’étais ce con là, j’espère qu’on m’aurait remis à ma place; car ce genre de comparaison hors de propos équivaudrait à préparer un argumentaire de 300 pages pour savoir qui est le meilleur entre une chaussure et un arbre. Donc loin de moi l’idée de faire un truc aussi bête que de déprécier un jeu aussi historiquement important que les échecs, alors qu’il faudrait déjà le remercier pour les archétypes ludiques qu’il a apporté (mais j’assume ma blague de fin, c’était trop tentant pour ne pas le faire).

Par contre, les jeux d’échecs comme jeu de la vie ? Je croyais que c’était le jeu favori des stratèges guerriers, qu’il s’agissait de duper et de tuer des gens du camp adverse, de renverser une figure d’autorité contraire à la sienne,  et que dans toutes les œuvres de fictions que j’ai vu mentionnant le jeu, il s’agissait toujours d’éliminer quelqu’un de la façon la plus subtile et tarabiscoté possible et que du coup c’est plutôt un jeu de la mort ( on vient de citer le Septième Sceau, quand même), mais bon, je ne suis pas philosophe. A moins que justement, étant un jeu du conflit, de la guerre, et de la mort, ça fait des échecs un jeu de la vie par ambivalence et justement parce que c’est comme la vie mais on peut raconter tout et n’importe quoi avec cette logique lénifiante et ça ne mène nulle part si ce n’est faire du surplace. Comme maintenant.

Au moins il y a quelquechose que je ne peux pas lui retirer : il y a plus de bonne adaptation au cinéma du jeu d’échec (genre le Septième Sceau ou même, soyons fou, Piège de Cristal) que de jeux vidéo.

Pour prendre au sérieux ma propre blague,  je rajoute que par contre, on a des bons films qui s’inspire [un peu ou beaucoup] du Jeu vidéo, de ses designs et de sa grammaire, comme Scott Pilgrim, Matrix, Speed Racer, Blade 2, Les deux Hellboy, Ben X, Kung-fu Master, pas mal de films d’animation japonais genre Summer Wars, l’Autre Monde de Gilles Marchand, et j’en oublie). Et bien, je suis en train de sérieusement digresser, là, je devrais arrêter. N’empêche que c’est pas mal de la part d’un médium aussi culturellement riche qu’un jeu à gratter.

Remarquons que nos deux pseudo-philomachins n’ont pas été sourd à la polémique qu’ils ont initiés et ont publiés un droit de réponse sur le site d’Arte, avec Colas Duflo qui tente de « préciser sa pensée pour clarifier les choses et amener un peu de sérénité« . La réponse semble plus confirmer et préciser le jugement fâché émis par les joueurs envers le personnage que calmer quoi que ce soit. Rien que son troisième point est un aveu de son manque d’intérêt et de recherche sur le sujet. Vous pouvez tous, par contre, vous tenir au courant sur la réalité de « l’addiction aux jeux vidéo » en consultant ces billets par Dereck de  Chamboultout ici et .

Bonus :

  • une lettre ouverte de quelqu’un sur gameblog que j’ai trouvé 5 minute avant d’écrire ce billet.
  • En fin de vidéo, vous avez vu les dernières secondes légendaires du célèbre duel entre Justin Wong et Daigo « The Beast » Umehara sur Street Fighter 3 : Third Strike (15 parry d’affilés sur la super art de Chun-Li, ça ne vieillit jamais). Le match entier ici.
  • Mais vous avez aussi vu les dernières seconde de la transmission tv d’un match pro-gamer coréen de Starcraft (giga-populaire et très pris au sérieux en Corée du Sud) du champion SlayerS_’BoxeR’ et sa troupe Terran donnant la fessée à [NC]Yellow et ses Zergs. Il faut savoir que les Zergs dominaient la scène pgm sud-coréenne de StarCraft, donnant naissance à la fameuse catch-phrase « zerg rush, kekekeke » (c’est comme ça qu’ils rient dans ce pays). Mais BoxeR  a dominé son monde avec les Terrans dépréciés, rendant ses performances d’autant plus remarquable.
  • Quelques mentions à propos de Bioshock et l’Objectivisme. (un gars a même tenté de faire une analyse du sujet sur 10 vidéo youtube)
  • Sachons différencier l’individualisme conçu par Ayn Rand et celui de Joseph Campbell (le même qui a écrit « Le héros aux milles visages ») avec l’aérodynamique FlyingTichoux (le même qui créé le forum tichoux,  nom d’un parapluie)
  • Toujours pour rester dans l’Objectivisme et Ayn Rand, mais dans un registre humoristique bien cinglant, admirez l’époustouflant Stephen Colbert aborder le sujet.
  • Le dessin animé bizarre d’où le mec qui s’étrangle avec sa propre veine palpitante du tympan s’appelle Stressed Eric, ou Eric la Panique en français. On reconnait la patte de Klasky et Csupo rien qu’au look. On peut facilement trouver quelques épisode sur youtube et dans la catégorie des dessin animé critique et satyrique avec de l’humour noir, c’est plutôt pas mal. Mais je crois que j’étais pas supposé regarder ça étant gosse…

Un énorme merci à Gromulke, my own personal aniki, qui m’a assisté pour cette émission et que j’espère caser bientôt dans d’autres émissions. Reste plus qu’à lui trouver un nom de scène…ou alors peut être que les fans (si il y en a) s’en chargeront ? (oh non, un cliffhanger)


Cet épisode est spécial kasdédi à Nunya qui m’a encouragé à aborder ce sujet précis. Maintenant fait des nouveaux podcast espèce de faux-chevelu avec une pasta-machine en guise de postérieur.


Suivant »